Archives de Tag: 2010

Senegal : discours du Khalife général des Mourides lors de la Cérémonie officielle du Magal de Touba Appels à la résolution du conflit en Casamance, à l’assistance aux cultivateurs et sinistrés des inondations

Le Grand Magal de Touba 2010 a pris fin, hier, à la Résidence Khadimou Rassoul, où s’est tenue la cérémonie de clôture en présence du Khalife général des Mourides, Serigne Bara Mbacké et du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, Bécaye Diop. Dans son discours lu par un membre de son entourage, le Khalife a mis l’accent sur les nécessités d’un retour de la paix en Casamance par une reprise des négociations, de trouver des marchés pour que les paysans puissent écouler leurs abondantes récoltes de cette année et l’urgence de créer les conditions à même d’éviter aux sinistrés des inondations de revire pareille calamité. Rappelant le dogme mouride de l’adoration de Dieu et du culte du travail, Mouhamadou Lamine Bara Mbacké a, dans son discours que nous vous proposons de lire en intégralité, conseillé le retour à Dieu, prêché le pardon, la non-violence et mis en garde contre la médisance.

«Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux.

Louange à Dieu, Paix et Salut sur le Sceau des Prophètes.

As salâmu ‘alaykum wa rahmatu-l lâhi tahalâ wa barakâtuhû,

Eminents guides religieux et représentants d’associations islamiques,

Monsieur le Ministre d’Etat représentant Son Excellence Monsieur le Président de la République et la délégation qui vous accompagne,

Excellences Messieurs les membres du Corps diplomatique accrédité au Sénégal,

Messieurs les représentants des partis politiques et des organisations non gouvernementales,

Mes frères musulmans,

Chers condisciples mourides,

Honorables hôtes,

C’est avec joie que nous, l’ensemble des mourides, vous exprimons notre satisfaction pour votre présence qui nous honore et apprécions les efforts que vous avez consentis pour célébrer avec nous cet événement islamique. Ceci constitue, si besoin en était encore, une illustration éclatante de la fraternité musulmane et des valeurs humaines si nobles qui nous unissent.

Chers frères, c’est à ce jour du 18 safar 1313 de l’Hégire, correspondant au 10 Août 1895, que Cheikh Ahmadou Bamba quitta son village de Mbacké Bary pour s’engager dans l’œuvre de réhabilitation de l’Islam qui le mena en exil au Gabon. Ce jour-là, il se sépara de sa famille et des disciples qu’il confia à la Garde du Seigneur, le Meilleur Protecteur.

S’adressant à l’Eternel, il eut ces mots que l’hagiographie marqua en lettres d’or dans ses annales : «Ô Seigneur ! Ma vie, ma religion, ma famille et ma demeure Te sont confiés à jamais».

Derrière lui, il laissa des hommes sincères et loyaux qui demeurèrent fidèles à ses enseignements jusqu’à son retour triomphal dans son pays, le 11 Novembre 1902, après presque huit années de solitude, de persécutions, mais aussi d’adoration de Dieu et d’abnégation absolue à rester pour toujours le Serviteur Privilégié du Prophète (PSL). Puisse Dieu accorder à tous ses éminents compagnons et disciples la meilleure rétribution pour leur immense oeuvre dans la voie de Dieu.

Appel à un retour à la table

des négociations pour la paix en Casamance

Ces intenses moments de retrouvailles dans ce lieu béni, pour commémorer cet événement historique, constituent, sans nul doute, la preuve par excellence que ses prières ont été exaucées par le Seigneur qui s’est engagé, dans le Livre Saint, à exaucer la prière de tout serviteur qui L’implore (Sourate 2, Verset 186).

Eminents chefs religieux, nous vous exprimons notre profonde gratitude pour tous les sacrifices que vous avez consentis pour partager avec nous ces précieux instants, dans l’unité, la fraternité et la concorde si chère à notre religion. Ces sentiments fraternels que nous avons toujours partagés avec vous, dans l’adversité comme dans le félicité, s’inscrivent sur les pas de nos communs ancêtres qui s’entraidaient toujours dans tout ce qui pouvait renforcer l’Islam et renforcer l’unité des musulmans et celle de notre chère nation.

Monsieur le Ministre d’Etat, nous saisissons cette occasion pour exprimer notre gratitude la plus sincère envers Son Excellence Monsieur le Président de la République et envers le gouvernement du Sénégal, dans tous ses démembrements, pour l’assistance dynamique à laquelle ils nous ont habitué et qui a contribué efficacement à la réussite de cet événement mondial qu’est devenu le Magal de Touba. Puisse Dieu guider leurs pas dans l’intérêt de la nation et du peuple, à travers toutes ses composantes.

Chers frères représentants des partis politiques et des organisations non gouvernementales, nous vous remercions pour votre présence à cet événement qui occupe déjà une place privilégiée dans votre agenda. Nous prions le Tout-Puissant de vous assister de sorte à ce que vous réussissiez, avec tous les compatriotes, à bâtir un Sénégal où règnent la fraternité et la concorde des cœurs.

Prêche pour le pardon, la non-violence et contre la médisance et l’inquisition

Excellences, Messieurs les membres du corps diplomatique accrédité au Sénégal, nous saluons votre présence et vous exprimons nos remerciements et notre agrément pour les efforts louables que vous ne cessez de déployer pour une coopération fructueuse entre le Sénégal et vos pays respectifs. Nous vous souhaitons la plus grande réussite dans votre noble mission.

Ceci dit, nous implorons Dieu, le Seigneur Omnipotent, de rétablir la paix et la sécurité dans la partie sud de notre pays tout en appréciant les différentes initiatives que le gouvernement et toutes les bonnes volontés ont eu à engager dans cette direction. Nous saisissons cette occasion pour lancer un appel à tous les protagonistes à se retrouver autour d’une table pour aboutir à une solution pacifique et définitive à ce douloureux problème. Car le développement du Sénégal ne peut se faire que dans un climat de paix et de stabilité. Et notre pays a besoin de tous ses innocents fils qui tombent régulièrement sur ce champ de bataille.

Nous voulons ici marquer notre compassion pour tous nos compatriotes victimes des dernières inondations et saluer les efforts déployés par l’État dans le but de reloger les sinistrés moyennant une contrepartie symbolique. Nous encouragerons le gouvernement à redoubler ces efforts en vue d’un règlement définitif de ce problème.

Nous apprécions aussi l’appui de l’État à l’endroit du secteur agricole et l’appelons à la mise en place d’unités de transformation de produits agricoles et à la recherche de marchés extérieurs où nos agriculteurs pourraient écouler l’excédent de leur production qui est particulièrement important cette année.

Le dogme mouride rappelé : adorer Dieu

et travailler honnêtement

Frères musulmans, nous rappelons à notre propre personne et vous rappelons que le pardon, l’indulgence, la retenue dans les propos et la non ingérence dans ce qui ne nous regarde pas, font partie des hautes vertus prônées par l’islam. En effet, le Seigneur dit dans le Coran : «Celui qui pardonne, sa récompense incombe à Dieu ; car Dieu n’aime pas les injustes» (Sourate 42, verset 40). Le prophète – Paix et salut sur lui – de dire : «Quiconque croit en Dieu et au Jour du jugement dernier, qu’il dise du bien ou qu’il garde le silence» et de recommander également : «Ne pas s’immiscer dans ce qui ne le regarde pas, fait partie de ce qui perfectionne la foi de l’individu».

Je vous recommande aussi de se repentir en Dieu et de bannir la violence sous toutes ses formes, car la violence n’engendre que la violence. Craignez Dieu donc et entretenez toujours de bonnes relations, en rendant grâce à Dieu pour avoir gratifié notre pays de la sécurité et de la stabilité.

Quant à vous, chers condisciples mourides, je vous recommande de redoubler d’efforts pour la sauvegarde du patrimoine de Cheikhoul Khadim qui n’est rien d’autre que la réhabilitation des enseignements de l’Islam.

Soyons rigoureux dans l’adoration de Dieu au sens large du terme et persévérons dans le travail honnête pour obtenir des moyens de subsistance licites. Consacrons nous aux contributions destinées aux causes justes à l’instar des mourides véridiques qui nous ont précédés. Persévérons à toujours rester des modèles en matière de tolérance, de droiture, de respect d’autrui et de pardon, conformément à la recommandation de Dieu : «Consacre-toi au pardon, recommande le bien et tourne le dos à ceux qui se comportent mal à ton égard», (Sourate 7, verset 199).

Le Khalife jure de ne jamais trahir

la mission de sauvegarder le patrimoine de Cheikhoul Khadim

En appliquant cette injonction divine, Cheikh Ahmadou Bamba déclara à l’endroit des ennemis qui le persécutèrent injustement pendant plus de trente-trois ans : «J’ai pardonné à tous les ennemis pour l’amour du Seigneur qui les a écartés de moi à jamais, ainsi que je ne songe point à me venger», avant de recommander à son tour, à tous les musulmans : «Comporte-toi avec les autres de la même manière dont tu souhaiterais qu’ils se comportent avec toi».

Consacrons nous aussi de notre mieux à inculquer à nos enfants une bonne éducation islamique qui puisse les protéger contre les courants de pensée allant à l’encontre des principes de notre religion. Car cette jeunesse constitue l’espoir de demain à qui nous passerons le relais.

Nous ne saurions conclure sans exprimer notre gratitude particulière et sans formuler des prières sincères à l’intention de nos frères avec qui nous partageons la descendance de Cheikhoul Khadim, celle de ses frères et de ses premiers disciples, bref, à l’intention de tous les mourides pour leur soutien sans faille à notre endroit et leur unité qui ne se sont jamais démentis.

Pour ce qui nous concerne, nous nous engageons devant Dieu et devant vous à suivre les traces de nos vertueux ascendants et de ne jamais trahir la mission qui nous incombe aujourd’hui, avec l’assistance de Dieu et de l’engagement de tous.

Avec vous, nous œuvrerons, in châ’a-llah, sans relâche et avec sincérité pour la sauvegarde du patrimoine de Cheikhoul Khadim qui constitue notre bien le plus précieux. Car, ce n’est qu’ainsi que nous serons dignes d’être les successeurs de nos valeureux prédécesseurs.

Que Dieu nous oriente vers sa voie la plus droite.

Wa-s salâmu alaykum wa rahmatu-llahi wa barakatuhu».

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Le communique : Des rebelles cabindais revendiquent l’attaque contre l’equipe du togo

Le communique : Des rebelles cabindais revendiquent l’attaque contre l’equipe du togo

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

LA COMMISSION DE L’UNION AFRICAINE (UA) CONDAMNE FERMEMENT L’ATTAQUE PERPETREE CONTRE L’EQUIPE NATIONALE DU TOGO

La  Commission  de  l’Union  africaine  (UA)  condamne  fermement  l’attaque  perpétrée  contre
l’équipe  nationale  du  Togo,  ce  vendredi  8  janvier  2010,  alors  que  le  bus  transportant  ses
joueurs  franchissait la frontière entre la République du Congo  et l’Angola.
Cette attaque criminelle et lâche,  revendiquée par le FLEC et  qu’absolument  rien ne peut
justifier,  est  intervenue  à  la  veille  de  l’ouverture  de  la  Coupe  d’Afrique  des  Nations,  qui
constitue  incontestablement  une  des  plus  grandes  fêtes  sportives  et  de  la  jeunesse  sur  le
continent.
La Commission de l’UA exprime sa vive sympathie au peuple et au Gouvernement du Togo. Elle
exprime également sa solidarité  à la Confédération africaine de Football et au Gouvernement
angolais en cette pénible  circonstance.
La Commission est convaincue que la présente CAN, qui se tient au cours de  l’Année de la paix
et de la sécurité, saura surmonter cet incident malheureux et constituera une occasion de fêter
le talent des footballeurs africains, la convivialité fraternelle de la jeunesse de tout le continent,
ainsi que la promotion des valeurs de tolérance, de saine compétition et d’esprit sportif.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized